Accueil Inscription Règlement Grand prix Bourses 2016 Lauréats 2015 Archives Partenaires Blog

Comme les Boursiers, équipez-vous dans les Magasins Expé pour vos petites et grandes expéditions de sports de montagne…expe.frexpe magasin

AUBERIVES-EN-ROYANS
C
LERMONT-FERRAND | LYON
MARSEILLE | MONTPELLIER
NICE |PARIS | SAINT-ÉTIENNE
PAR CORRESPONDANCE
ET SUR INTERNET

Facebook Youtube

Montagne des Nakanaï, Nouvelle-Bretagne, Papouasie Nouvelle-Guinée, février-mars 2010


Synthèse du projet initial

En 1980, une équipe 12 spéléologues français se rend sur le massif calcaire des montagnes des Nakanaï. Dans la zone comprise entre les gorges de la Galowé et celles de la Matali, ils explorent deux cavités importantes. A cette époque, il leur avait fallut une journée de marche à travers la forêt vierge pour atteindre le camp de base, situé à proximité d’une perte importante repérée sur les photos aériennes. Les spéléologues eurent l’agréable surprise de découvrir un énorme puits de 140m de profondeur. A la base de l’abîme, une grosse galerie prolonge la cavité. Après plusieurs explorations, ils furent arrêtés par un siphon à la profondeur de 414m. Non loin de ce gouffre, une autre grotte fut explorée sur 6800m et révéla de magnifiques passages concrétionnés. Dans cette grotte, les explorateurs s’arrêtèrent sur les berges de deux siphons ; sans équipements de plongée, les explorations s’achevèrent. Les cavités furent nommées Bikbik Vuvu et Liklik Vuvu.

En 2006, Jean-Paul Sounier repéra d’hélicoptère une importante résurgence dans les gorges de la Matali ; avec un débit d’environ 4m3/s elle pourrait être celle des deux cavités explorées 26 ans auparavant. Au-delà des siphons, un énorme réseau pourrait mener à cette résurgence. Le potentiel théorique en dénivelé est de 800m ; ainsi, ce réseau pourrait devenir le second plus profond de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son développement pourrait dépasser les 15 km. De plus, à l’est et l’ouest de la dépression de Vuvu, le plateau calcaire monte à plus de 1300m à l’est et à 1200m à l’ouest. La jonction d’une cavité située sur l’un de ces plateaux avec le réseau de Vuvu donnerait le deuxième -1000m de l’hémisphère sud. Il est à noter qu’en rive gauche de la Galowé, il n’y a pas de résurgence notable ; donc le drainage du plateau en rive gauche de la Galowé se fait vers Vuvu.

Les objectifs du projet VUVU 2010 sont de plonger les deux siphons de Bikbik Vuvu et les deux siphons de Liklik Vuvu. Des équipes descendront en rappel dans les gorges de la Matali si la reconnaissance en hélicoptère permet de voir si la résurgence est pénétrable. Dans cette vaste étendue karstique, les spéléologues ne sont restés que 2 semaines en 1980. Il est clair que de nombreuses autres cavités seront découvertes et explorées. L’exploitation forestière a déjà atteint cette zone. Les métreurs qui comptent les arbres au profit des compagnies forestières ont déjà repérés plusieurs pertes. Les pistes rendront la progression certes plus facile mais montreront aussi les dommages occasionnés à l’environnement.

Les résultats

Le siphon nord-ouest de Liklik Vuvu est le premier à être plongé. Johnny Martinez est le plongeur de pointe. Il est accompagné au début par Christian Rufi, Vincent Berclaz et Frédérique Monney pour les besoins du film. Gérald Favre est à la caméra. Le siphon mesure 80m de long pour 2m de profondeur. Au-delà, la galerie continue et Johnny est arrêté par un puits. Puis une exploration ultérieure conduit les 4 plongeurs précités sur les berges d’un siphon. Le siphon aval de Bikbik Vuvu (70m, -7,5m) est franchi par Jean-Paul Sounier qui explore 346m de grosse galerie et s’arrête sur un deuxième siphon. Dans la foulée Jean-Paul Sounier plonge le siphon amont et débouche sur la galerie explorée à partir de Liklik Vuvu. Les deux cavités sont reliées. Quelques jours plus tard, Jean-Paul Sounier plonge le S2 qui ne mesure que 26m de long. Il revient chercher Frédérique Monney qui l’a assisté jusqu’au S2 et, ensemble, ils explorent 1050m de nouvelles galeries. Arrêt sur un ressaut. Une ultime pointe est réalisée par Jean-Paul Sounier et Alan Warild qui parcourent 1624m de conduit vierge. Arrêt à -539m. La cavité continue en aval, mais la cavité approche de son niveau de base.

A -270m, une escalade réalisée par Philippe Bence assuré par Florence Guillot permet l’accès à une galerie parcourue par le fort courant d’air qui s’exhale de Bikbik Vuvu. Hélas, un puits remontant de 71m stoppe la progression. Le courant d’air violent laisse présager une entrée supérieure situé sur le plateau en rive gauche de la Galowé et qui s’élève à plus de 1200m d’altitude.

Au total, le réseau formé par la jonction de Bikbik Vuvu et Liklik Vuvu que l’on a baptisé Wowo (prononcer Wohwoh) développe désormais 13,8 km pour une profondeur de 539m. L’objectif pour une prochaine expédition est tout trouvé : gravir le puits de 71m et continuer l’exploration en amont. Poursuivre l’exploration en aval. Un dénivelé total de plus de 1000m est possible.

Parallèlement à ces explorations, d’autres cavités ont été trouvées et explorées. Il s’agit de :

Nom de la cavité

Développement

Profondeur

Gouffre Maaré

3163m

337m

Grotte SK

311m

24m

Gouffre Albémi

2961m

224m

Gouffre Pabo

208m

35m

Gouffre Paia Milo

40m

40m

Gouffre Sibelulu

1618m

190m

Gouffre Pulucobu

147m

85m

Gouffre Tupladena

470m

138m

Gouffre PF1

20m

20m

Gouffre Gaiva

1203m

145m

Gouffre J1

75m

45m

Gouffre El Nino de Franco

25m

10m

Gouffre Calanana

426m

134m

 

Développement totalisé :

 

Réseau Wowo

4786m

 

Il est à noter que les gouffres Maaré, Albémi, Sibelulu, Gaiva, Calanana sont orientés vers l’est. L’eau de ces cavités va certainement rejoindre la rivière Lusé du gouffre Ka2 et ressortir à la résurgence principale de la Matali. Le réseau Wowo va certainement alimenter l’une (ou les) des résurgences situées un peu en aval en rive droite.

L’expédition a donc exploré 15 km de nouvelles galeries. 16 nouvelles cavités ont été topographiées. Trois des quatre siphons terminaux au programme ont été plongés. Plusieurs cavités du secteur ont été explorées. Le cheminement des eaux souterraines est un peu mieux compris. Les découvertes de l’expédition Vuvu 2010 permettent d’envisager l’organisation d’une prochaine expédition qui pourrait révéler le deuxième moins mille de l’hémisphère sud.

Déroulement de l’expédition

Jean-Paul Sounier est le premier à débarquer en Papouasie. Passage à l’ambassade de France pour l’extension de visa de 2 mois. Jean-Paul est rejoint par Alan Warild. Ensemble, ils vont s’occuper des tâches dévolues à toute pré-expédition : récupération du container, achats divers, logistiques, etc. Ils se rendent à Pomio pour voir s’il est possible d’utiliser la piste pour l’acheminement du matériel de la côte au camp de base. Cette piste est un héritage de l’exploration forestière des années 90. Hélas, aucun véhicule n’est disponible sur place. L’hélicoptère va donc devoir être utilisé.

Le voyage en bateau de Rabaul à Pomio est prévu pour le 28 janvier. Mais on est en Papouasie, aussi les ennuis ne vont-ils pas tarder à surgir. La barge prévue pour acheminer matériel et personnel casse son gouvernail. Puis une dénonciation aux affaires maritimes se traduit par notre interdiction de monter à bord de la barge qui de toute façon semble toujours en réparation. Un autre bateau est trouvé, mais le voyage prévu pour durer 8 heures se transforme en un cauchemar de 36 heures. Pour acheminer les membres de l’expédition, une solution plus fiable est enfin trouvée, mais 6 jours ont été perdus.

Par bateau ou par hélicoptère, toute l’équipe parvient à Pomio le 6 février. L’héliportage du matériel vers l’emplacement du camp va prendre 3 heures. Puis Gérald l’utilise pour les besoins du film. Le 7 février, Gérald et Jean-Paul font un long vol en hélicoptère pour filmer et photographier quelques sites remarquables des Nakanaï.

Parallèlement au montage du camp, les premières prospections ont lieu. L’entrée du gouffre Albémi nous est montrée par les 3 Papous que nous gardons au camp. L’entrée de Liklik Vuvu est retrouvée. C’est la première cavité équipée, car Gérald, Vincent et Christian ont vu leur séjour raccourcir à cause des 6 jours perdus à Rabaul, aussi faut-il équiper Liklik Vuvu en priorité. La plongée de son siphon terminal a lieu le 10 février. Les Papous nous conduisent à l’entrée du gouffre Maaré. La première plongée au fond de Bikbik Vuvu a lieu le 18 février. Le gouffre Sibelulu est trouvé. Escalade dans Bikbik Vuvu pour traquer le courant d’air. La galerie des Eléphants est découverte. Deuxième plongée au fond de Bikbik Vuvu le 22 février. De petites cavités sont trouvées. Troisième pointe dans Bikbik Vuvu le 2 mars. La profondeur de 682m est atteinte. Le camp s’achève bientôt aussi les cavités sont progressivement déséquipées, mais de petits objectifs permettent des dernières explorations. Tout lle matériel est descendu par véhicule le 9 mars.

Le bateau chartérisé arrive le samedi 13 mars. Le chargement a lieu le dimanche à l’aube et l’appareillage se fait à 8h30. Le bateau arrive à Rabaul en fin d’après-midi du lundi 15 mars. Le container est rempli le mardi 16 mars et après une vérification de principe des douanes, le container est scellé.

Jean-Paul donne une conférence à Port-Moresby devant des journalistes et l’équipe du « Department of Environment and Conservation ». Le projet de classement des Nakanaï en Patrimoine Mondial suit tant bien que mal son chemin ; il est en effet temps de parvenir à une protection, car de nombreux projets menacent ce karst fabuleux : poursuite de l’exploitation forestière, plantation d’arbres à palmes, carrière pour l’exploitation du calcaire pour faire du ciment.

Compte-rendu quotidien

Le compte-rendu démarre du mardi 2 Février, les jours précédant ayant constitué la pré-expédition (voir ci-dessus).

Février

Mardi 2 : Le matériel est ramené à Rabaul pour chargement, départ du bateau en début de soirée avec Vincent et Fred. Le bateau doit arriver mercredi matin et revenir ensuite chercher l’équipe.

Mercredi 3 : un appel de Fred nous apprend que le bateau a eu des problèmes ; ils sont tout juste dans Wide Bay, c’est-à-dire la moitié du trajet… On ne pourra pas faire le second voyage comme prévu. On a des nouvelles du bateau en fin d’après-midi, il n’est toujours pas arrivé à Pomio ! On attend de savoir dans la nuit pour le départ de l’hélico demain.

Jeudi 4 : Levé à 6h, il pleut. Gerald et Jean-Paul sont partis ce matin à la base d’Héli Niugini pour l’héliportage. En fait ils ne sont pas partis… Ils rentrent à Taklam en début d’am. Le matériel n’est pas encore arrivé à Pomio. Finalement le bateau a mis 36 h pour faire le voyage ! On cherche les solutions pour demain, le « Barbarian » semble ok mais il a une réparation importante à finir dans la nuit. On va manger dans un autre resto à la sortie de Kokopo.

Vendredi 5 : Ce matin, on apprend que René, le capitaine du «Barbarian» a fini la réparation mais il a eu un «conseil» de rester au port pour cause de vent fort. Il n’y a pourtant pas de vent… Nous décidons de partir aujourd’hui par n’importe quel moyen, Barbarian ou Banana boat sinon. René nous dit d’être prêts dès que possible au port shipping de Rabaul. Le Barbarian arrive vers midi, départ à 14h 30 après le repas.

Samedi 6 : Après 24h de navigation, arrivée à Pomio vers 15h. Déchargement en barque car le ponton est occupé par le Pel Pel qui décharge. L’héliportage puis un vol sur la Matali, Kavakuna et Bikbik Vuvu ont pu se faire comme prévu ce matin et en début d’après-midi. Le pilote reste dormir à Palmalmal pour remonter demain faire des images avec Gérald et Jean-Paul. L’équipe qui a débarqué du Barbarian s’installe dans la maison de l’administration du village ; lavage au pont de la Matali. Repas du soir et calage de la journée de demain. Levé prévu à 5h pour démarrer la marche à 6h.

Dimanche 7 : Départ à 6h de l’équipe marche. Phil et Sybille montent avec l’hélico, une bonne occasion de faire quelques photos aériennes. Décollage à 7h 50. 10mn de montée en passant par la Matali. Gérald et Jean-Paul font un long tour d’hélicoptère pour filmer et topographier les nombreux sites exceptionnels des Nakanaï. Arrivée des marcheurs après 3h30 de montée. On commence à installer nos camps perso et on bosse sur le camp collectif avec les Papous. Il commence à pleuvoir vers 15 h, ca continuera jusqu’au lendemain 17h…

Lundi 8 : montage du camp collectif et amélioration camp perso. Olga un peu malade (ventre). Rangement du matos spéléo, trempage de cordes. Jean-Paul part avec les Papous pour retrouver l’entrée de Liklik Vuvu .

Mardi 9 : Explo à Albémi : Phil, Flo, Franco, Pablo et Jabi, on part avec 2 Papous Mickael et Aloïs. Equipement de Liklik Vuvu : Jean-Paul, Al, José. L’équipe des Suisses prépare le matos plongée (marquage fil, gonflage bouteilles). Sybille et Olga bossent au camp, gros coup de vent qui a fait tomber la tente collective. Les Papous finissent la house pek-pek. Repas espagnol. On prévoit la sortie plongée et tournage de demain à Liklik Vuvu.

Mercredi 10 : Départ pour Liklik Vuvu, -290 m. On part en premier avec Flo, Franco et Jabi pour finir l’équipement. 15 pers. vont à Liklik Vuvu. Al et José restent garder le camp et réparer le perfo. On manque une bifurcation et on part dans la mauvaise rivière jusqu’au siphon… Au bout d’un moment on remonte et on rencontre Franco et Olga venus nous chercher. C’est reparti dans l’autre branche. Tout le monde nous attend en haut du P20. Il faut passer une trémie dans une salle du fond pour rejoindre la rivière. Plongée par Johnny, Christian et Vincent l’accompagnent au début pour filmer sous l’eau. 2 siphons qui se suivent et une belle galerie jusqu’à un puits de 22m. On remonte avec Jean-Paul, Flo et Ulrich pour faire des photos, on va dans la galerie de la Panthère Rose (droite puis gauche avant le P20). On rattrape le reste du groupe dans les puits. Sorti à 22h45.
Beau temps, soleil toute la journée.

Jeudi 11 : beau temps le matin. Al, José, Franco, Tania et Ulrich partent à Albémi. Ils font la branche de droite, arrêt à -215m. Phil, Flo, Jean-Paul, Jabi et les Suisses restent au camp. Pluie en fin de journée.

Vendredi 12 : Phil, Jean-Paul, Flo vont à la nouvelle entrée trouvée par les Papous (Maaré : nom de petites chauves-souris en tok place). Arrêt à -220m sur un ressaut dans un petit actif. La zone d’entrée est verticale et les parois des puits sont couvertes de boue. Pablo et Olga vont à Milo cave (nom du chien tombé dedans il y a 1 semaine). P30 bouché. Jabi, Ulrich et José vont dans la branche de gauche d’Albémis. L’équipe des Suisses et Tania vont au réseau Pink Panther dans Liklik Vuvu pour faire des images. Pas de pluie aujourd’hui.

Samedi 13 : Phil, Flo, Jo vont faire des photos dans Liklik Vuvu. Pablo et Olga vont à Maaré, Ulrich et Al suivent pour la topo. Jabi et José prospectent. Christian, Vincent, Fred, Sybille, Gerald, Tania, Franco, Jean-Paul restent au camp. Grand soleil, pas de pluie

Dimanche 14 : Phil, Flo, Pablo partent équiper le canyon d’accès de Bikbik Vuvu jusqu’en bas du P40. Au retour je fais tomber un arbre et Flo reçoit une pierre sur le casque… Grosse peur, petite bosse et petite coupure. Franco, Olga, Jean-Paul, Jabi, Ulrich vont à Albémi, arrêt sur petit passage. Gerald part à Pakia à 7h du mat. José prospecte avec les Papous entre Albémi et Liklik Vuvu. Jo, Fred, Vincent et Christian partent plonger le siphon de Liklik Vuvu et explorent la suite. Equipement de la cascade de 20 et 500m de topo avant d’arriver à un autre siphon. Pas de pluie.

Lundi 15 : Jean-Paul, Ulrich vont continuer l’équipement de Bikbik Vuvu. Al, Tania et Jabi vont poursuivre Maaré. On envoie les Papous chercher de l’eau avec des bidons. Sybille, Franco, Phil, Flo, Olga, Pablo, Fred, Vincent, Christian, Jo, José au camp. Grand soleil.

Mardi 16 : Franco et Olga partent le matin poursuivre l’équipement de Bikbik Vuvu, Jean-Paul suit dans le canyon pour faire des photos. Ulrich et Tania partent en début d’après-midi pour faire la suite de l’équipement. Al, José et Jabi partent prospecter. Ils trouvent une grande doline et descendent jusqu’à -40. Arrêt sur rien, à suivre. Phil et Flo vont voir la nouvelle entrée trouvée. Méandre, 200m topo. Flo tombe dans un passage en opposition, blessure au dos… Gerald amène du vin au repas du soir car il part le lendemain. Discussion sur le budget selon les options de transport au retour. On devra rajouter 500 ou 900 euros. Tournage de l’intro vidéo pour les Bourses Expé.

Mercredi 17 : Départ de Gérald, Christian et Vincent pour Pomio. Al, José, Jabi, Franco vont à la doline trouvée la veille. Belle entrée, nommée Sibélulu, arrêt sur rien. Pablo et Jo partent poursuivre l’équipement de Bikbik Vuvu.

Jeudi 18 : Jean-Paul, Phil, Fred, Jo, Ulrich, Al partent pour la plongée des siphons de Bikbik Vuvu. Jo et Fred partent avant pour finir l’équipement. On équipe les derniers ressauts à l’arrache sans trop de matos. Le lac du « puits du lac » n’existe plus. Le lac du fond nécessite seulement 20m de nage. Le siphon aval fait 70m, -7,5m de profondeur. 340m de galerie avant d’arriver à un autre siphon. Courte séance photo au fond. Siphon amont : 100m, -10,5m de profondeur. Jonction avec Liklik Vuvu. Repérage d’une grosse galerie supérieure au-dessus du puits de la cascade. Tout le courant d’air de la zone d’entrée semble arriver de là. Jo a des mycoses impressionnantes, sa remontée est difficile. Arrivée au camp à minuit. Pas de pluie.

Vendredi 19 : Franco, Jabi et Ulrich vont à l’entrée proche de Sibélulu. Arrêt sur puits. Olga, Pablo et Ulrich vont à Sibélulu. Petite pluie.

Samedi 20 : Phil, Flo, Jean-Paul, Sybille vont faire l’escalade dans Bikbik Vuvu au niveau du puits de la cascade. Départ à 9h 30. Escalade de 12m déversante. On retrouve le gros courant d’air en haut de l’escalade. 400m de première dans une belle galerie. On remonte un petit actif qui se divise en 2, branche de gauche arrive à la base d’un grand et large puits de 70m (mesuré au laser). Arrivée au camp à 20h. Al et Franco vont aussi à Bikbik Vuvu faire des photos. Tania, Fred et Ulrich vont à Maaré. Olga et Jabi vont à Liklik Sibé, départ 15h du camp. Pluie qui permet de remplir les bidons.

Dimanche 21 : Pablo et Olga vont à la petite entrée, ils font la jonction avec Sibélulu. Jabi et José vont à Liklik Sibé. Pluie faible mais régulière la journée.

Lundi 22 : Plongée du siphon terminal, Fred et Al partent par Liklik Vuvu pour traverser et rejoindre Jean-Paul qui part 2h plus tard par Bikbik Vuvu. Tania descend avec Jean-Paul. Phil et Flo vont voir la grosse entrée indiquée la veille par les Papous. En fait le P60 mesure en fait 80m, roche pourrie en haut. En fait le puits n’est pas bouché, un petit départ  mène sur un R5 puis P10 et un autre P10. Un léger courant d’air et la proximité nous fait penser à une connexion probable avec Bikbik Vuvu. Franco et José vont à Liklik Sibé. Les 3 cavités sont maintenant connectées. Pas de pluie.

Mardi 23 : Arrivée de Tania vers 7h du matin. Elle a attendu avec Al. Jean-Paul, Fred et Al arrivent au camp à midi. Fred et Jean-Paul ont passé le siphon n°2 et fait 1,5 km de première. Retour par Liklik Vuvu. Une équipe de 5 (José, Jabi, Franco, Tania, Sybille) va à Liklik Vuvu récupérer des sacs au siphon. Phil, Flo et Jo retournent au P60, arrêt sur une trémie dans une petite salle, courant d’air. Arrivée dans l’après-midi d’Aloïs Magogo. Le système fait maintenant plus de 12 km et 614m de dénivelé. Le 2e plus important de Nouvelle-Bretagne.

Mercredi 24 : Jo et Fred vont récupérer des sacs au siphon de Liklik Vuvu. Ulrich et Tania vont aussi à Liklik Vuvu pour lavage et échantillons. Phil et Flo vont prospecter avec les Papous à l’aval de Liklik Vuvu. Une entrée, méandre de 20m étroit. Arrivée d’une voiture pour le chantier de la route. Bonne nouvelle, on devrait pouvoir l’utiliser pour descendre le matériel. Pluie dans l’après-midi. Al et Franco vont voir une petite entrée en amont du canyon de Bikbik Vuvu. 30m…

Jeudi 25 : Phil, Flo, Jean-Paul vont repérer avec Aloïs une entrée après un talweg derrière celui de Bikbik Vuvu. Une belle entrée en bout d’un petit canyon. Départ de Jo, Fred, Sybille, Tania, Ulrich en début d’après-midi en voiture pour Pomio. Al et Franco vont prospecter en amont du massif, pas d’entrée intéressante. José et Rabi vont faire une petite entrée repérée. Pluie d’une heure assez forte.

Vendredi 26 : Phil, Flo, Pablo, Jabi, José vont à la cavité trouvée la veille. Exploration de 300m jusqu’à la profondeur de 138m. Siphon peu engageant en bas avec guano et dépôts de terre et végétaux. Phil repère le départ d’un fossile en hauteur du premier puits. Il fait l’escalade de 7m environ avec des spits (3) et des cordes de 8mm. Ça continue. Jean-Paul, Al et Franco vont faire des photos à Liklik Vuvu. Pluie.

Samedi 27 : Pablo et Olga vont faire la galerie fossile en haut de l’escalade. 15 pts topo, arrêt sur étroiture. Séance nettoyage.

Dimanche 28 : Al et Franco vont prospecter, ils rentrent vers 20h. Ils ont fait 14,5 km dans la forêt ! Pablo, Olga, José et Jabi vont à Bikbik Vuvu faire une escalade de 15m au fond (après le lac). Ce qui semblait être le départ d’une galerie n’est en fait qu’un renfoncement dans la paroi. Très légère pluie.

Mars

Lundi 1 : Phil, Flo descendent à Bikbik Vuvu faire un portage pour la plongée de demain. Phil demande aux Papous s’ils ne connaissent pas une autre cavité car on commence à manquer d’objectif hors plongée-spéléo. Ils me disent connaitre un canyon et vont voir où ça va. Ils trouvent une belle entrée.
Jean-Paul et Al préparent le matos de plongée. Bel orage dans l’après-midi.

Mardi 2 : Phil, José et Jabi vont voir le trou trouvé la veille (Gaiva) par les Papous avec les Papous. 1h30 de marche depuis le camp. Belle perte, belle explo. 600m de topo et -109m. Jean-Paul et Al partent pour la plongée du fond. Franco et Olga les accompagnent pour porter le matos. Pluie dans l’après-midi.

Mercredi 3 : Jean-Paul et Al arrivent à 7h30 du matin de leur explo post-siphon dans Bikbik Vuvu. Beaux résultats : 1,5 km de topo dans du gros, beaucoup de nage. Arrêt sur rien. Le réseau fait maintenant presque -700m. José et Jabi retournent à Gaiva. Ils rentrent vers 19h, la cavité finit sur un siphon… Phil et Flo partent récupérer des bouteilles au fond de Bikbik Vuvu. Départ 10h, 45mn dans le canyon ; arrivée au fond à 12h30. Retour au camp à 16h. Grosse pluie à la sortie, le P40 du canyon commence à couler. Franco, Pablo vont aussi récupérer les 2 sacs restants. Olga les rejoint pour commencer à déséquiper. Ils rentrent vers 21h après avoir déséquipé presque toute la cavité !

Jeudi 4 : José et Jabi vont finir le déséquipement de Bikbik Vuvu en fin de matinée. Pablo et Franco vont prospecter avec Aloïs, départ à 13h. Il n’est trouvé qu’un trou insignifiant… Stanis, le responsable du chantier route, vient discuter pour le retour matos en voiture. On prévoit un deuxième trajet demain. Rangement pour Phil, Flo, le départ approche.

Vendredi 5 : Phil, Flo, Jean-Paul, Al vont à Gaiva faire des photos dans le P45. Al et JP vont finir la topographie dans l’amont ;  Phil et Flo vont faire l’escalade : traversée pour atteindre un départ de galerie. La galerie continue. 60m topographiés. Pluie légère en début d’après-midi. Pluie importante à partir de 18h30. Super repas : soupe à l’ail et pancake au chocolat et rhum !

Samedi 6 : Al et Olga vont poursuivre Gaiva. Franco les rejoint en début d’après-midi. José et Pablo vont voir une entré derrière Liklik Sibé. Arrêt à -100 ; ça continue. Retour de l’équipe Al, Olga, Franco  à 21h30. La suite de Gaiva est boueuse ; arrêt sur siphon. 270m de topo. Gros orage dans l’après-midi. Gaiva : 1,2 km, -145m

Dimanche 7 : Départ de Phil et Flo à 7h du matin. Aloïs et Bernard les accompagnent pour aider à porter les affaires. 3 bonnes heures de marche jusqu’à Pomio avec une température de 21° au départ et de 36° à l’arrivée en bord de mer ! Par chance un bateau part à 10h20 pour amener des étudiants à Palmalmal. Ils auront attendus moins de 5mn à Pomio !

Lundi 8 : Phil et Flo rencontrent Richard, qui est le propriétaire du terrain sur lequel la grotte qui présentent des sculptures et qu’ils veulent aller photographier. Il leur présente son frère  et une personne plus âgée, Joakim, qui sont les représentants des clans les plus importants.
S’ensuit un tok-tok (discussion) pour leur dire que les propriétaires doivent être informés de ce qu’il se passe chez eux. Accompagnés de Richard, ils partent voir la grotte et font des photos en début d’après-midi. Pluie au retour jusqu’au village de Marana. Au camp, le reste de l’équipe range le matériel en vue du déménagement prévu le lendemain.

Mardi 9 : Stanis arrive à 11 heures. Il a du retard à cause d’une crevaison. Il faut deux voyages pour descendre le reste du matériel et les 7 membres de l’équipe. Stanis nous invite à diner chez lui. Il a fait faire des petits pains que nous apprécions particulièrement après 5 semaines de crackers !

Mercredi 10 : lavage du matériel à la Matali. Jean-Paul rend visite au président du LLG (Local Level Government). Le sujet de protection des Nakanaï est longuement abordé.

Jeudi 11 : visite du Blue Hole plongé il y a quelques années par Jim Bowden. Le site est très beau.

Vendredi 12 : plongées au large de Pomio.

Samedi 13 : plongées au large de Pomio. Arrivée du Barbarian.

Dimanche 14 et lundi 15 : voyage Pomio-Rabaul

Lundi 16 : chargement du container ; visite de contrôle des douanes.

Vendredi 19 : conférence de Jean-Paul au « Department of Environment and Conservation » en présence de Peter Hitchcock, conseiller pour les zones protégés et Patrimoine Mondial, et de Josseline Monnier, chef de mission à l’Ambassade de France. Fin de l’expédition.

Philippe Bence
Jean-Paul Sounier

 

 

Responsable du projet:
Jean-Paul Sounier -

Contact presse:
Phil Bence -

Diaporama


L'embouchure de la Matali.


Résurgence de la Matali au fond de sa reculée.


Ambiance du camp la nuit


Cricket géant.


Gours dans Liklik Vuvu.


Descente du puits de 34m dans le gouffre de Toplapena


Progression dans Bikbik Vuvu.

Une équipe internationale
sous la direction de
Jean-Paul Sounier

Allemagne : Ulrich Meyer

Australie : Alan Warild

Espagne : Olga Garcia, Pablo Martinez, José Gambino, Javier Garcia

France: Florence Guillot, Philippe Bence (photographe), Jean-Paul Sounier (leader)

Mexique : Franco Attolini

Russie : Tania Shabarova

Suisse: Sybille Kirchmann, Gérald Favre (réalisateur), Vincent Berclaz, Christian Rufi, Johnny Martinez, Frédérique Monney.

Expé Fédération des Clubs Alpins et de Montagne BEAL Vertical Julbo Spéléo Mag Cinémontagne Petzl